• Valentin Lebrun

L'échec, un passage obligé vers le succès ? (Éclairages · Avril 2021)

Mis à jour : avr. 23

En décembre 2020, Slack est racheté par Salesforce pour 28 milliards de dollars. Cette messagerie professionnelle trouve son origine dans l’échec commercial d’un jeu vidéo collaboratif. Suite à sa mise en arrêt fin 2012, les fondateurs du jeu ont su tirer parti des fonctionnalités développées pour rebondir et concevoir Slack qui compte aujourd’hui plus de 10 millions d'utilisateurs dans le monde.


« Réussir, c’est aller d’échecs en échecs sans perdre l’enthousiasme » nous disait Winston Churchill. Si nombre d’entre nous associent l’échec à la défaite, d’autres le perçoivent comme une étape d'apprentissage, voire même une expérience nécessaire à la construction d'une réussite.


« Tomber, se relever et recommencer » n’est pas un mantra que seuls de grands entrepreneurs américains tels que Steve Jobs, Ellon Musk, Jeff Bezos ou encore Bill Gates ont l’apanage. Un nombre grandissant d’entreprises intègre l’échec dans leur processus d’innovation ou dans leur culture d'entreprise, permettant aux employés de s’affranchir de la notion de peur liée à l’échec et favorisant la mise en œuvre de nouvelles idées.


Si la culture française semble avoir longtemps manqué de cette ouverture d'esprit, les pratiques évoluent : ci-dessous quelques éléments pour avancer dans la réflexion.


L'équipe Gjoa Conseil


Le "Fail, Learn, Succeed" de BlaBlaCar

Chez BlaBlaCar, l’échec est perçu comme une source de progrès. Il est décliné en processus et ancré dans les pratiques collaboratives de l’entreprise.


Libérer la créativité des managers

"If you’re not prepared to fail, you’re not prepared to learn", tels sont les messages des dirigeants de Coca-Cola, Amazon ou Netflix pour appeler leurs manageurs à dépasser leur peur de l’échec.


L'échec s'expose !

Des musées ont même vu le jour pour rendre hommage à de célèbres "échecs" commerciaux et permettre aux visiteurs d'allier divertissement et enseignement sur la face souvent oubliée (et incontournable) de l'innovation.

Peut-on considérer avec légèreté l'harmonieux ballet de nos échecs ?

SpaceX s'est permis une pointe d'autodérision dans une vidéo, avec la mise au point longue, douloureuse (et explosive) de l'atterrissage vertical d'un lanceur orbital.

La parole à un entrepreneur qui a rebondi

Raynald Wauters, entrepreneur depuis 20 ans, a su capitaliser sur une déconvenue pour rebondir et fonder eMana, un logiciel de classement automatique des emails pour les entreprises.


Quels sont les grands facteurs de rebond ?


  1. La rapidité du deuil : un temps de liquidation court permet de tourner la page rapidement et de repartir plus facilement

  2. L’entourage : des associations telles que 60 000 rebonds mettent des coachs et parrains à disposition pour accompagner et aider à monter un nouveau projet salarial ou entrepreneurial.


Quel message passer aux entrepreneurs connaissant cette situation ?


Lorsqu’on se retrouve en liquidation judiciaire, rien n’est arrêté : on conserve son talent, son expertise, son réseau... Tel un niveau de jeu vidéo qu’on ne serait pas parvenu à franchir, on appuie sur "Play Again" et on recommence en connaissant le chemin à emprunter, les obstacles et contraintes à surmonter et surtout l’envie d’y parvenir !

Notre actualité en bref

L'activité était intense ces derniers mois, plusieurs due diligence stratégiques pour des fonds d'investissement, en parallèle de sujets de transformation de PME :

  • Plan stratégique et feuille de route dans la santé

  • Due diligence stratégique dans l'industrie

  • 'Red flag' stratégique d'un marché d'équipement et services B2B

  • Due diligence stratégique dans l'IoT

  • Croissance externe d'un acteur high-tech